Sécurité routière: la hausse du nombre de morts jugée "très préoccupante"

Il y a 5 jours 15

En mai, le nombre de morts a augmenté de 21% sur les routes de France. Le délégué adjoint interministériel à la Sécurité routière réagit dans les colonnes du Parisien.

En mai, fais ce qu'il te plaît mais sois prudent sur la route: ce sera peut-être la future campagne de la sécurité routière après un bond de 21% du nombre de décès enregistrés sur les routes de France le mois dernier.

Des chiffres jugés "très préoccupants" par le délégué adjoint interministériel à la Sécurité routière, David Julliard, dans une interview accordée au Parisien. C'est en effet 50 de plus qu'en mai 2019: depuis la pandémie, on prend en effet cette année en référence, le trafic routier s'étant forcément réduit en 2020 et 2021.

Bonne météo et relâchement global

Mais pourquoi une telle hausse le mois dernier? Concrètement, on ne sait pas, puisque l'analyse détaillée est publiée un mois après cette première estimation. Toutefois, le représentant de la sécurité routière formule une première hypothèse, la bonne météo qui favorise les déplacements sur la route, associée à un relâchement global des comportements:

"Quand la météo est bonne, comme ça été le cas ce mois de mai, l’effet est négatif sur l’accidentalité. Parce que les usagers sont aussi plus nombreux sur les routes. Je crois aussi qu’il y a une forme de dégradation, de relâchement du comportement de tous les usagers."

Ceinture obligatoire et téléphone interdit

Une progression inquiétante à l'approche des départs en vacances. La sécurité routière compte ainsi multiplier les campagnes de prévention en insistant sur des gestes qui peuvent sembler anodins mais qui restent très efficaces, comme le port de la ceinture.

"Tout le monde sait que le port de la ceinture de sécurité est obligatoire, mais des usagers l’oublient ou s’en affranchissent et le résultat est terrible: des centaines et des centaines de tués. Pareil pour l’usage du téléphone portable, interdit quand on conduit une voiture, un deux roues motorisé ou un vélo."

Le point noir de la mortalité à vélo

Dans ce bilan du mois de mai, la mortalité cycliste inquiète tout particulièrement, en hausse de 29% sur un an. Pour David Julliard, "là encore, c’est lié au relâchement des comportements, mais pas uniquement de ces usagers fragiles".

"Il faut faire attention quand on est soi-même un usager fragile ou quand on circule avec des usagers fragiles. Prenez le vélo, les accidents mortels se produisent en majorité lors de collision avec une voiture, un poids lourd ou dans l’angle mort d’un bus. Mais un tiers tout de même des cyclistes tués sur la route meurent d’une chute, seuls."

Pour rappel, il faut respecter une distance de sécurité d'un mètre pour dépasser un cycliste en agglomération et d'un mètre et demi hors agglomération, avec la possibilité de chevaucher une ligne continue (comme pour le dépassement d'un engin de déplacement personnel motorisé ou d'un cyclomobile léger).

Le port du casque à vélo n'est pas obligatoire en France pour les personnes âgées de plus de 12 ans mais il reste fortement recommandé par la sécurité routière.

Lire la Suite de l'Article