Route de nuit - Ces équipements auxquels les constructeurs ne pensent pas

Il y a 1 mois 79

En ce moment, ainsi que je l’ai mentionné non sans acrimonie dans un article, la mode est aux tablettes tactiles, toutes plus démesurées les unes que les autres. Mercedes décroche le pompon dans cette course à l’absurde.

Pourtant, d’autres équipements seraient bien plus utiles. Vu le raffinement dont font preuve les algorithmes, on serait bien avisé d’en développer un qui déclenche automatiquement les clignotants.

Le clignotant est tellement peu employé qu’on pourrait lui imaginer un déclenchement automatique.Le clignotant est tellement peu employé qu’on pourrait lui imaginer un déclenchement automatique.

C’est un fait, pour la grande majorité des automobilistes, les utiliser doit demander un effort intellectuel insurmontable. Synchroniser sa décision de changer de direction avec le geste consistant à appuyer sur une manette, voilà qui exige en effet un QI particulièrement élevé…

Pour que cet élément sécuritaire soit utilisé comme il se doit, ce ne doit pas être particulièrement difficile de développer un programme qui analyse les mouvements des yeux, la position de la voiture par rapport à une bande discontinue et la distance qui la sépare du véhicule qu’elle suit…Tous les éléments sont déjà installés dans les autos modernes, dotées de dispositifs anti-somnolence (qui sonnent mais feraient mieux de lancer un truc du genre « Hé, réveille-toi ! », ou « freine, imbécile ! »). De plus, quand on utilise le GPS, celui-ci sait quand on va obliquer, donc lui aussi est capable de déclencher le clignotant.

En accessoire, chez Renault, on trouve la cafetière Handpresso prévue pour un usage auto. A quand son intégration complète dans une voiture ?En accessoire, chez Renault, on trouve la cafetière Handpresso prévue pour un usage auto. A quand son intégration complète dans une voiture ?

A propos de GPS, presque tous laissent la possibilité de choisir un trajet avec ou sans péage. Pourquoi ne pas envisager une solution médiane ? Par exemple, pour un parcours donné, on pourrait lui indiquer la somme maximale qu’on souhaite verser aux sociétés d’autoroute.

Avec un peu d’astuce, j’ai trouvé comment diviser par au moins deux le coût d’un voyage Paris – Montpellier en ne perdant que 30 min au global… Voire en gagnant du temps quand les autoroutes sont saturées ! La solution ? Emprunter à bon escient le réseau secondaire. On pourrait même imaginer une fonction « coût de voyage maximal » qui intègrerait aussi le prix des carburants sur son trajet.

Celle-ci pourrait même communiquer avec l’ordinateur de bord, de façon à calculer l’allure optimale à adopter, abaissant la consommation au point d’éviter un ravitaillement chronophage, ce qui, au final, ne ferait que peu baisser la vitesse moyenne globale mais permettrait de bonnes économies.

Les GPS pourraient avoir une fonction calculant un trajet en fonction d’un coût maximal.Les GPS pourraient avoir une fonction calculant un trajet en fonction d’un coût maximal.

Tant qu’on est dans les longs parcours, je me demande depuis longtemps pourquoi on n’intègre pas dans les voitures une cafetière à capsules. C’est facile à intégrer dans une paroi du coffre, ça permet d’avoir un bon petit café à 3 h du matin dans sa voiture, autre chose que ce jus de chaussettes qu’on trouve trop souvent dans les aires d’autoroute, à prix d’or qui plus est. Surtout quand on a oublié son thermos !

Qui dit voyage de nuit dit passagers qui dorment dans la voiture. Certains constructeurs leur avaient conçus de très agréables appuie-têtes dont on pouvait étirer les côtés afin de caler une tête somnolente. Pas mal, mais il y a mieux, notamment à l’arrière. Je pense notamment à des montants C rembourrés comme des coussins…

Dans cette Rolls-Royce Silver Dawn de 1952, on pouvait appuyer sa tête sur les montants arrière. Pourquoi cet équipement peu cher n’est-il pas plus répandu ?Dans cette Rolls-Royce Silver Dawn de 1952, on pouvait appuyer sa tête sur les montants arrière. Pourquoi cet équipement peu cher n’est-il pas plus répandu ?

Certaines Rolls-Royce disposaient d’une banquette dotée de sortes de repose-tête latéraux, mais ce détail ne doit pas coûter si cher à mettre en place, alors pourquoi pas dans les voitures courantes ?

Enfin, comme je vis avec mon temps (du moins j’essaie), je pense aux voitures électriques. Je trouve que leur GPS ne gère pas très bien les recharges lors d’un long parcours. Un jour que j’étais au volant d’une Posche Taycan, la navigation m’a même fait sortir de l’autoroute, repartir en sens inverse sur 25 km pour que je la branche sur une borne Ionity. Que ne m’a-t-elle demandé de quitter l’autoroute en amont ? Ça m’aurait évité de parcourir 50 km pour rien, d’autant que ça a alourdi le montant du péage. Absurde.

Par ailleurs, qu’attendent les constructeurs et opérateurs pour unifier les moyens de paiement ? Actuellement, il faut une dizaine de cartes pour être sûr de recharger n’importe où. Une borne, une carte bleue, et basta !

Certes, ceci ne relève pas de l’équipement de la voiture. Mais il en est un qui pourrait être amusant sur les électriques : la personnalisation du son qu’elles émettent à l’extérieur à basse vitesse. Personnellement, j’aimerais assez qu’elles produisent un signal inquiétant pour les piétons, comme le thème du film Les Dents de la Mer, ou celui de Dark Vador dans La Guerre des Etoiles… On pourrait même le déclencher au moyen d’une touche.

Et vous, quels sont les équipements dont vous auriez envie mais qui n’existent pas – encore – dans nos voitures ?

Lire la Suite de l'Article