Malus 2022: comment fonctionnera le nouveau malus au poids?

Il y a 3 semaines 20

En plus du malus durci sur les émissions de CO2 des véhicules neufs, un malus au poids va être introduit au 1er janvier 2022. Le bonus écologique devrait de son côté passer de 6000 à 5000 euros mais le secteur automobile souhaite son maintien au niveau actuel jusqu'à mi-2022.

Alors que les SUV sont sur le banc des accusés du dérèglement climatique, un malus au poids va faire son apparition l'an prochain. Une surtaxe actée à l'automne 2020 mais qui n'entre en application qu'au 1er janvier 2022.

Proposé par la Convention citoyenne sur le climat, avec un seuil de déclenchement à 1,4 tonne, ce malus au poids a finalement été adouci par le gouvernement pour démarrer à 1,8 tonne.

"Alors que la moyenne du poids des SUV vendus en France est de 1300 kg, l'adoption d'un malus poids à 1800 kg est anecdotique", avait déploré en novembre 2020 le Réseau Action Climat.

Les véhicules de plus de 1,8 tonne représentaient seulement 3% des ventes en France en 2019 et 1% de la production, d'après des chiffres du cabinet Inovev.

10 euros par kg mais de nombreuses exceptions

Le principe de ce malus au poids est assez simple: au-delà d'un poids du véhicule neuf à vide de 1,8 tonne, l'acheteur devra débourser 10 euros par kg.

Les véhicules électriques ou hybrides rechargeables d'un poids supérieur à 1800 kg seront toutefois exclus de ce nouveau malus.

Autre régime adapté, pour les familles. A partir de trois enfants, un abattement de 200 kg par enfant est prévu. Un foyer comptant trois enfants ne devrait donc pas payer de surtaxe sur un véhicule dont le poids à vide serait compris entre 1,8 et 2 tonnes.

A noter que l'addition du malus CO2 et du malus au poids ne pourra pas dépasser le plafond du malus C02, soit 40.000 euros en 2022, en hausse de 10.000 euros par rapport à 2021 et 50.000 euros en 2023.

Un malus CO2 en hausse

Au-delà du malus au poids, il faudra aussi compter sur un durcissement du malus écologique. Au 1er janvier 2022, il se déclenchera désormais à partir de 128 g/km de CO2, contre 133 g/km en 2021, comme on peut le voir dans le barême prévisionnel jusqu'en 2023 annoncé fin 2020.

Exemples concrets donnés ce jeudi par Les Echos:

"A 141 grammes de CO2 au kilomètre, la version essence du nouveau Dacia Duster sera par exemple frappée d'un malus de 330 euros, soit 100 euros de plus que 2021. L'acheteur d'une Kia Ceed GT (153 grammes) devra lui ajouter 1276 euros au prix indiqué en concession, contre 818 euros cette année".

Bonus écologique en baisse

Du côté des incitations à l'achat de véhicules "propres": le bonus écologique doit de nouveau baisser, passant de 6000 à 5000 euros au 1er janvier. A l'image du malus 2020 à 7000 euros, qui avait été prolongé jusqu'à la mi-2021, les représentants du secteur automobile souhaiteraient que le bonus à 6000 euros soit maintenu au moins jusqu'au 1er juillet 2022, afin de continuer à soutenir les ventes de ces modèles encore plus chers avant subvention que leurs équivalents thermiques. A voir si le gouvernement répondra à cette demande: le niveau du bonus n'est pas inscrit dans le projet de loi de finances pour 2022 présenté ce mercredi mais doit faire l'objet d'un décret.

Le bonus pour un véhicule hybride rechargeable, passé de 2000 à 1000 euros depuis le 1er juillet 2021, doit de son côté disparaître.

Lire la Suite de l'Article