L'industrie automobile freinée par la pénurie de semi-conducteurs

Il y a 1 semaine 9

Plusieurs constructeurs ont déjà annoncé qu'ils allaient réduire leur production dans les prochaines semaines, en raison d'une pénurie de composants électroniques.

Les amateurs de jeux vidéo, désespérés d'attendre leur nouvelle console, ne sont plus seuls. La pénurie de composants électroniques affecte aussi l'industrie automobile. Plusieurs constructeurs dont Toyota, Ford, Nissan et Fiat Chrysler, ont déjà annoncé qu'ils allaient réduire leur production ce mois-ci, en raison des difficultés d'approvisionnement.

La pénurie concerne le marché des semi-conducteurs, porté par les besoins croissants en équipements connectés dans les automobiles, accentués par l'essor des voitures électriques. Plusieurs facteurs expliquent cette situation.

D'une part, les fournisseurs de puces automobiles comme NXP Semiconductor ont eu du mal à suivre le rebond rapide de la production automobile à la suite de la pandémie, comme l'explique le site spécialisé Le Blog Auto.

Par ailleurs, la crise et les restrictions sanitaires ont engendré des fermetures d'usines dans les pays producteurs comme la Chine, et des retards de production. Sans compter qu'à la même période, la demande de puces électroniques a explosé, pour la production des nouvelles consoles PlayStation et Xbox et de PC portables.

Enfin, la décision des Etats-Unis de mettre sur liste noire le plus grand producteur chinois, Semiconductor Manufacturing International Corp (SMIC), a eu l'effet d'un coup de massue. Les constructeurs ont dû trouver des alternatives dans un marché à flux tendu.

Des baisses de production

Volkswagen avait admis il y a un mois que le manque de semi-conducteurs pourrait le conduire à réduire de près de 100.000 unités au total sa production en Europe, en Amérique du Nord et en Chine au premier trimestre 2021.

D'autres constructeurs ont depuis admis souffrir de problèmes d'approvisionnement, affectant la chaîne de production à l'instar de Daimler, Honda, Nissa, Toyota et Fiat Chrysler. Ces difficultés a même conduit Ford a mettre au chômage partiel les 3900 salariés de son usine de Louisville dans le Kentucky pour une semaine.

Selon nos confrères des Echos, les constructeurs français semblent relativement épargnés. Renault a ajusté ses plannings mais ne prévoit pour l'instant pas de baisse de la production. Et PSA n'anticipe pas d'impact sur ses chaînes de montage.

Lire la Suite de l'Article