L'ADAC déplore l'homologation d'une voiture électrique chinoise dangereuse

Il y a 1 semaine 13

Audric Doche

L'ADAC déplore l'homologation d'une voiture électrique chinoise dangereuse

Pas d'airbags, pas d'ESP, pas de freinage d'urgence et pas de coupure automatique du réseau haute tension en cas d'accident, la voiture électrique chinoise bon marché Suda SA01 accumule les tares. Et elle est bien homologuée en Europe.

Voilà quelques années maintenant que le gouvernement chinois encourage ses industriels à investir en dehors de leurs frontières. Le marché domestique, c'est bien, mais poser les jalons d'une présence à l'international, c'est indispensable pour un vision au long terme. Et les constructeurs automobiles n'y échappent pas.

Même si, pour l'heure, les voitures chinoises se font très rares sur nos routes (mis à part Aiways ou BYD, il n'y a pas grand chose), il existe des offres un peu particulières, comme cette Suda SA01. Une voiture chinoise qui a fait son entrée en Europe le mois dernier. En Allemagne, plus particulièrement, où l'ADAC (Automobile club allemand) s'indigne de voir une voiture aussi dangereuse être vendue.

ESP, airbags, déconnexion automatique de la haute tension en cas d'accident, sécurité passive efficace... tout ceci est absent sur la SA01.

"En plus des airbags manquants dans les sièges conducteur et passager avant, les rétracteurs de ceinture inexistants ont également eu un impact négatif dans l'accident", précise l'ADAC. Mais alors, comment cette auto a-t-elle pu être homologuée pour l'Europe ? Tout simplement en tant que "petite série", qui permet à des constructeurs de se soustraire à de nombreuses obligations en matière de sécurité.

Il faut dire qu'à 10 390 €, hors bonus, c'est la voiture électrique neuve la moins chère d'Europe, et elle propose 39 kWh de batterie avec une autonomie sur cycle WLTP de 200 km. 

Lire la Suite de l'Article