Essai vidéo - Volkswagen Caddy California (2021) : la rando pas donnée

Il y a 1 mois 156

En bref

Ludospace de loisirs
A partir de 34 680 €
2 longueurs

 Chez Volkswagen, l’appellation « California » est le symbole de la liberté puisqu’elle accompagne toute une gamme de véhicules utilitaires transformés pour le camping. La star de cette gamme, vous la connaissez, il s’agit du Combi, un van aménagé qui traverse les générations depuis plus de 70 ans ! Volkswagen est l’une des rares marques grand public à proposer ce type de véhicules de loisirs. D’ailleurs le constructeur propose une toute gamme de véhicule, puisque en 2019 est arrivé le Grand California, un fourgon aménagé pour la famille.

 la rando pas donnée

Essai vidéo - Volkswagen Caddy California (2021) : la rando pas donnée

Aujourd’hui, Volkswagen complète par le bas sa gamme de véhicule de loisirs avec le Caddy. Il s’agit d’un ludospace, de la taille d’un Renault Kangoo, taillé pour l’aventure. Cette nouveauté porte à trois, le nombre de modèles disponibles au sein de l’univers « California ».

Le Caddy California reprend l’architecture de la toute dernière génération de Caddy, basée sur la plateforme MQB. Il est disponible en deux formats, court ou long (maxi) comme celui de notre essai, facturé plus de 43 000 €. Cette version mesure 4, 85 m et profite d’un empattement de près de 3 mètres, idéal pour maximiser l’espace à bord. Mais son premier atout est sa hauteur d’1 m80. A l’inverse d’un camping-car, indésirable en ville, le caddy lui passe absolument partout (portiques, parkings souterrains, etc.) Hormis un autocollant « California », rien n’indique son pédigrée d’aventurier. Le design est strictement le même qu’un caddy normal avec une calandre nid d’abeilles, des optiques de Golf et des feux arrière verticaux. C’est dommage. Il a toutefois le mérite d’offrir une transmission intégrale. Un équipement que peu de ludospaces de loisirs sont en mesure de proposer sur le marché. On aurait aimé toutefois un peu plus de fun pour habiller cette robe trop austère.

Du fun, il n’y en a pas non plus à bord où l’on retrouve le même habitacle composé d’une planche de bord robuste au dessin moderne qui est composée d’une instrumentation numérique et d’un écran tactile de 10 pouces (ultra-performant). De nombreux rangements sont à disposition mais ne cherchez pas d’éléments cosmétiques différenciants, c’est le même.

Jusqu’ici c’est donc un Caddy comme tous les autres que vous avez sous les yeux avec 5 places totalement modulable et deux portes latérales coulissantes. Ce qui diffère, c’est l’aménagement intérieur. Et pour cause, vous avez à disposition, un vrai lit, une kitchenette, une table, des chaises et en option une tente. Homologué comme un camping car, le Caddy California échappe donc au malus écologique.

Aménager un van, c’est une spécialité que maitrise Volkswagen depuis 7 décennies avec le Combi. Mais plus l’espace est restreint, plus la tâche est ardue. Ainsi, pour disposer d’un vrai lit, il faudra user d’un peu d’huile de coude. Il faut avancer le siège conducteur, remonter l’assise au maximum et basculer la banquette arrière. Le sommier se déplie assez facilement et les pieds prennent appui sur le montant central. Long de 1, 98m, il peut accueillir deux adultes mais il faudra se serrer pour se tenir chaud. Un chauffage stationnaire est aussi proposé. Les sacs placés sur les vitres arrière servent de rangements et renferment des rideaux occultants assez simples à mettre en place.

Pour une nuit ou un week-end, c’est l’idéal. Vous stationnez le Caddy où bon vous semble et vous déployez votre lit en à peine 2 minutes montre en main. En revanche, partir deux semaines à l’aventure avec ce genre de véhicule vous demandera deux paramètres. Le premier, être jeune car se contorsionner n’est pas facile et donné à tout le monde car il y a peu d’espace sous plafond. Ensuite, il vous faudra faire l’impasse sur votre niveau de confort habituel. En effet, ici vous n’aurez pas de réfrigérateur, pas de douche, ni de toilettes et vous ne pourrez pas laver la vaisselle car il n’embarque pas de réserve d’eau. Ce qui signifie, enfin tout dépend de votre exigence au niveau de l’hygiène, qu’un petit stop au camping s’impose. Il est toutefois possible d’installer une réserve d’eau en faisant appel à un prestataire extérieur mais comme son emplacement n’est pas prévu au départ, elle risque d’empiéter sur l’espace à vivre.

Vous avez, en revanche, la possibilité de manger chaud car le Caddy est équipé d’une kitchenette. Une fois le long hayon levé, un bloc coulissant qui abrite un brûleur à gaz se déploie pour cuisiner en plein air et à l’abris de la pluie. Il est alimenté par une bouteille de gaz placée dans un logement sécurisé derrière la banquette arrière. De nombreux rangements sont à disposition dans cette « cuisine d’été » comme un tiroir pour les couverts, les tasses à café, etc.

Si cette liste d’inconvénients ne vous effraie pas sachez qu’il est possible de prolonger l’expérience en accolant une tente à l'arrière du véhicule. Cette dernière sera disponible à partir de 2022, uniquement en accessoire. En cas de besoin, tous ces éléments sont entièrement démontables.

Dès 2022, il sera possible d'accoler une tente additionnelle (accessoire) pour prolonger l'expérience.Dès 2022, il sera possible d'accoler une tente additionnelle (accessoire) pour prolonger l'expérience.

Le Caddy California sera disponible en essence avec le TSI 116 ch et en diesel avec le 2.0 TDI en 75 et 122 ch. C’est cette dernière que nous avons à l’essai aujourd’hui. Un moteur qui s’exprime mieux avec la boîte mécanique qui exploite bien mieux le couple qu’avec la boîte automatique DSG7. Cette boîte mécanique est d’ailleurs la seule compatible avec la transmission intégrale 4Motion. C’est LA valeur ajoutée de cette voiture qui vous emmènera plus loin que d’autres ludospaces de loisirs.

Lire la Suite de l'Article