[Appel à témoin] Cette Porsche Taycan volée est impossible à localiser

Il y a 1 semaine 23

Une Porsche Taycan blanche volée

Cette Porsche Taycan blanche est introuvable depuis le 11 janvier dernier

L’affaire n’est pas banale et met très mal à l’aise un de nos fidèles lecteurs spécialisé dans la vente et la location de véhicules électriques haut de gamme en particulier. Non restituée dans les délais, la Porsche Taycan est désormais considérée comme volée après une plainte déposée le lundi 11 janvier 2021 à la gendarmerie.

Porsche Taycan 4S blanche

La voiture recherchée est une Porsche Taycan 4S blanche louée dans le cadre d’une future vente par le garage ACC Automobiles installé à Blotzheim (68), dans le secteur de Mulhouse. Immatriculé FR-713-QE, le bolide électrique se distingue par ses jantes Mission E Design 21 pouces. Mis en circulation en juillet 2020, il totalise environ 18.000 kilomètres à ce jour.

L’appel à témoin court jusqu’à ce que le constructeur parvienne à installer à distance le traceur GPS.

« Prévenue lundi dernier, la gendarmerie est passée me voir le lendemain même pour faire le point sur cette affaire », lance Didier Dubicki, fondateur et gérant de l’entreprise. « La voiture circulerait dans la région de Metz, en Moselle, avec un déplacement enregistré à Nancy, le jour même où j’ai déposé plainte », précise-t-il.

Problème temporaire de géolocalisation

« Dans les premiers temps, je pouvais suivre avec l’application l’utilisation du véhicule. Mais le mode privé, qui est accessible sans code contrairement à ce que propose Tesla, a été activé. La parade dans cette situation est simple : contacter Porsche d’urgence pour implémenter à distance l’option de tracking facturable 299 euros par an », explique le gérant d’ACC Automobiles.

« Normalement, il est possible de mettre en place le traçage grâce à un site Internet. Mais là, actuellement, ça ne fonctionne pas. Et pas seulement pour cette voiture, mais aussi pour mon autre Taycan, et sans doute pour les autres également », déplore-t-il.

Porsche sur le problème depuis ce matin

« Porsche France est sur le problème depuis ce matin, en liaison directe avec Stuttgart. Quand il sera résolu, la gendarmerie pourra enfin localiser le véhicule et sans doute le retrouver. Mais dans quel état sera-t-il ? », s’inquiète Didier Dubicki.

« En attendant, les témoignages de personnes qui ont pu croiser le Taycan sont essentiels », appelle-t-il.

« Je conseille à tous les propriétaires de Taycan de ne pas attendre un pépin pour acquérir et activer l’option de tracking. Pour ma part, on ne m’y reprendra plus, mes voitures seront beaucoup plus protégées contre ce genre de mésaventures », prévient-il.

Un client correct à la base

« Au départ, le client a loué pour un week-end une Tesla en septembre dernier. En me la restituant, il m’a demandé le Taycan pour une période identique. Une opération qu’il a renouvelée sur une semaine, puis sur un mois, avant de vouloir se porter acquéreur du véhicule. Cette opération ne pouvait être réalisée qu’au bout de 6 mois d’immatriculation au garage », détaille Didier Dubicki.

« Comme cette personne se positionnait fermement, nous avons convenu du versement d’un acompte pour réserver la voiture, puis du versement du solde en janvier, soit 6 mois après l’arrivée du Taycan chez nous. Je lui ai laissé l’usage du véhicule à un prix négocié, en lui demandant de me le ramener si un autre de mes clients souhaitait l’utilisait entre temps. Il a bien tenu cet engagement une fois. C’est ensuite que la situation a dérapé », se désole-t-il.

Une affaire rocambolesque

« Contrairement aux promesses, les virements ne sont jamais arrivés sur le compte du garage. J’ai relancé plusieurs fois la personne, avec à chaque fois l’assurance que l’argent serait versé très vite. Il m’a promis de passer pour régler l’affaire : il n’est pas venu. Ensuite il a prétendu être à Paris auprès de sa famille touchée par le Covid-19. J’ai attendu un peu », détaille Didier Dubicki.

« J’ai conservé une relative confiance tant que je pouvais suivre sur l’application la position du Taycan la plupart du temps situé à Metz ou ses environs. Quand ça n’a plus été le cas, j’ai demandé au client de me ramener la voiture. Il ne voulait pas le faire selon lui à cause de la distance de plus de 250 kilomètres qui sépare Metz de Blotzheim », poursuit-il.

« Après m’être assuré auprès de la concession que c’était possible, je lui ai proposé d’amener la voiture chez Porsche Metz en attendant que la situation financière se débloque. Comme il ne l’a pas fait dans les 3 ou 4 jours malgré ses promesses et mes relances, j’ai décidé de porter l’affaire auprès de la gendarmerie », soupire-t-il.

Que s’est-il passé ?

« Personnellement, je pense que cette personne est coincée dans une situation qui la dépasse. C’est pour cela que j’arrive à la joindre au téléphone mais que la situation n’avance pas. J’ai imaginé plusieurs scénarios. Dans le premier, il aurait prêté ou sous-loué la voiture, ce qui est interdit dans le contrat de location. Et il n’arriverait pas à récupérer le Taycan », suppose Didier Dubicki.

« Autre possibilité : il a lui-même revendu le véhicule pour effectuer une plus-value, mais n’arrive pas à obtenir l’argent de la vente ou en devait à quelqu’un qui s’est servi », pense-t-il encore.

Il écarte cependant l’hypothèse que l’engin ait pu être partiellement endommagé et se retrouverait dans l’attente d’une réparation qui ne l’empêcherait toutefois pas de rouler.

Toujours en Lorraine ?

« Si je pense que la voiture est utilisée par quelqu’un d’autre que mon client, c’est parce qu’au départ elle était mise en recharge sur une prise domestique. Ensuite, le plein d’énergie a été effectué pendant quelque temps sur les bornes Ionity de Metz », réfléchit Didier Dubicki.

« Avant la mise en mode privé, la Porche Taycan roulait un peu tous les jours : 10, 28, 24, 6, 28, 3 kilomètres. Plus inquiétants sont les 192 km effectués le jour où j’ai porté plainte. Un témoin affirme avoir vu un modèle identique à Nancy ce lundi-là, avec sur les plaques d’immatriculation le marquage du département 68 où je suis », s’interroge-t-il encore.

« Personnellement, je suis persuadé que la personne qui utilise chaque jour le véhicule ne se doute de rien », devine-t-il.

Appel à témoin

« Tant que Porsche n’a pas réussi à mettre en service le traceur, je souhaite que tout témoin ayant identifié ce Taycan me contacte pour m’indiquer où il l’a repéré », conclut Didier Dubicki. Le gérant d’ACC Automobiles est joignable via les moyens indiqués sur son site Internet www.a-c-c.fr.

Lire la Suite de l'Article